"Quand tu es devant et que tu ouvres les mains, ce n'est plus pareil" (Jean-Michel Bazire).

Ce n'est pas faute d'avoir l'habitude de le voir gagner mais la victoire de Cleangame (Ouragan de Celland) dans le Prix d'Été 2020 est peut-être la plus belle de la carrière du représentant de Jean-Michel Rancoule et Jean-Pascal Bragato. Oubliée l'édition de 2019 et la faute dans les derniers mètres.cleangame px ete

Convaincant dans le Prix Jean-Luc Lagardère à Enghien, Cleangame est ici éblouissant. Il conclut son parcours en roue libre et laisse à distance respectable Tony Gio, vainqueur du sprint du peloton, faisant dire à Éric Raffin sur Equidia : "On a eu la bonne course, on courait pour être deuxième, on est deuxième mais on n'habite pas au même étage que le gagnant."
Cleangame est en effet dans les plus hautes sphères, au sommet. Sportivement, il a sa place au départ du Prix d'Amérique et Jean-Michel Bazire de lâcher après course au micro d'Equidia: "On ira s'ils veulent de nous, mais je n'ai rien à dire à ce sujet."
Le Sarthois enregistre une sixième victoire dans le Prix d'Été en tant qu'entraîneur après les succès de Jeanbat du Vivier 2003, Kazire de Guez 2005, Bélina Josselyn 2016 puis Aubrion du Gers 2017 et 2018.
Si les plans évoqués en août sont suivis, Cleangame aurait lui rendez-vous avec le Grand Prix du Sud-Ouest à Agen ( le 11 octobre).

D'où vient-il ?

Cleangame est issu de l'élevage d'Alain Beaumont disparu il y a quelques semaines. Sa mère Red Bell (Jag de Bellouet) eut une carrière courte et sans victoire, mais est une sœur de la toute bonne Nippy Girl (1'11''6 et 430 000€ de gains).

 

­